journee-mondiale-securite-sante-travail

« Anticiper, se préparer et répondre aux crises », c’est la proposition de l’Organisation Internationale du Travail pour la journée mondiale du 28 avril 2021 qui invite à s’interroger sur la Sécurité et la Santé au Travail de demain.

La sécurité au travail : un enjeu mondial

Le 28 avril est une date clé pour la thématique de la sécurité au travail. En effet, depuis 1996, le mouvement syndical mondial utilisait ce jour pour rendre hommage aux travailleuses et travailleurs accidentés et décédés dans le cadre du travail. C’est en 2003 que le mouvement syndical invite l’Organisation internationale du travail à se joindre à cette commémoration. Depuis cette date, la Journée Mondiale de la Sécurité et de la Santé au Travail a également permis de rendre visible et de réfléchir à des systèmes de prévention et de réduction des accidents et maladies professionnelles.

L’objectif principal de cette journée est de sensibiliser et interpeler les gouvernements, les employeurs/employés ainsi que les organisations syndicales et patronales sur la « culture de la sécurité » et les actions de prévention à promouvoir. De plus, l’attention est donc portée sur la responsabilité partagée de toutes ces parties prenantes en matière de prévention des décès, blessures et maladies survenant sur le lieu de travail.

Selon les chiffres de l’OIT, c’est chaque année quelque 374 millions d’accidents du travail non mortels qui sont déclarés et qui entraînent une absence au travail. Les décès suite à des accidents et/ou à des maladies professionnels s’élèvent eux à plus de 2,78 millions par an. Ces chiffres sont en augmentation dans les pays en développement, ce qui nécessite un réel engagement international pour la promotion d’une culture préventive à grande échelle et des actions concrètes de protection et de sécurité dans le Monde du travail.

La santé au travail au sein de l’Organisation Mondiale de la Santé

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est un partenaire important en matière de santé au travail. Par l’intermédiaire du médecin du travail et des équipes au sein des services de santé au travail, l’accent est mis sur la surveillance, l’évaluation et il est souhaité un développement d’une base de données par pays. L’objectif de ces actions est de mieux soutenir les politiques de santé au travail et les plans d’action au niveau national.

Service Social Conseil : notre rôle dans la prévention

Service Social Conseil intervient au sein des services de santé au travail aux côtés de l’équipe pluridisciplinaire.

A l’aide de notre expertise, nous informons et orientons les salariés vers les démarches à réaliser et les partenaires à solliciter pour accéder à leurs droits liés à leur état de santé (handicap, invalidité, retraite, formation, chômage,…). Nous proposons une écoute active, un soutien moral et aidons à la constitution de dossiers. En parallèle de ces entretiens sociaux, nous sommes constamment en lien avec le médecin du travail pour lui faire part de notre évaluation globale et des pistes de solutions possibles pour le salarié concerné.

Notre action est un outil de prévention à part entière. Sur orientation du médecin du travail et dès la visite de pré-reprise, nous intervenons pour informer et orienter les personnes afin que leur situation sociale et administrative ne soit pas un frein dans la prise en charge de leur santé. A l’interface entre vie personnelle et vie professionnelle, nous agissons le plus en amont possible pour trouver des solutions pérennes dans l’amélioration des conditions de travail du salarié ou du moins travailler à sa réorientation professionnelle notamment au sein des Cellules de Maintien en Emploi. Pour en savoir plus sur nos missions : c’est par ici !

A consulter pour aller plus loin :

  • L’article de l’Organisation internationale du travail sur cette journée mondiale : à lire ici
  • Le rapport 2021 de l’OIT : Anticiper, se préparer et répondre aux crises – Investir maintenant dans des systèmes de SST  résilients. C’est un rapport d’étude sur la prévention et la gestion des risques liés à la pandémie et aussi d’autres risques liés aux aménagements de travail mis en place suite à la propagation du virus. Ce rapport rappelle le rôle des institutions, des cadres réglementaires et l’importance des services de santé et de conseil, de la recherche et de la formation.

Articles liés